Seconde édition du Start'in Corsica

Il y a quelques jours se tenait la seconde édition du Start'in Corsica, organisée par a Fundazione di l'Università di Corsica.

Deuxième année, deuxième volet, format un peu différent. Le Start'in Corsica c'est quoi ? Un coup de pouce (ou coup de pousse, ça marche aussi), organisé par la Fundazione di l'Università et Pépite Corse, aux jeunes entrepreneurs avec un projet d'entreprise innovant. Comme à notre habitude avec les événements de ce genre organisés par l'Università, nous en étions partenaires.

Start'in Corsica 2019

L'an dernier pour sa première édition les candidats étaient "incubés" en mode micro-accélérateur le temps d'un week-end afin de peaufiner le concept, le business model, rôder le pitch etc, le tout bien entourés par des coaches (dont je faisais partie). À l'issue des deux jours les candidats ont pitché leurs projets devant un jury (dont je faisais aussi partie) et les grands gagnants ont gagné une incubation auprès de Beta-i un accélérateur de startups situé à Lisbonne qui a d'ailleurs accompagné la Fundazione di l'Università lors de ce premier volet.

Cette année c'était un peu différent, pas d'incubation sur 2 jours, 9 projets ont été directement sélectionnés sur dossier parmi 18 candidatures par un premier jury (dont je faisais partie). Puis les candidats sont directement venus pitcher leur projet devant un jury final (dont je ne faisais pas partie mais auquel j'étais présent). À gagner cette année : 10 000 euros pour le premier prix, un mentoring par Jérémy Neyrou (co-fondateur d'Icare Technologies) et moi-même pour les startups jugées comme devant être suivies et mentorées, un accompagnement offert par un cabinet d'expertise comptable, et la participation à un programme d'accélération organisé par la Maison Entrepreneur Entreprise et Emploi (M3E).

Corse Matin

Piatoni

Le grand vainqueur de cette édition : Jean-Luc Alfonsi, avec sa société Piatoni, qui crée des luminaires en bois, artisanaux découpés au laser, sur le segment haut de gamme / luxe, et à monter soi-même en les roulants. Des designs très sympas et originaux, avec la petite touche d'humour au travers de leur noms : des toponymes corses "scandinavisés" à l'instar du KAPÜTAVUNAT (Capu Tafunatu) par exemple, clin d'oeil (ou pied de nez) au géant suédois du meuble à monter.

Les 3 gagnants du mentoring avec Jérémy et moi-même sont :

Perfect Park

Morgane Matraja et Juliette Torrachi avec leur projet Perfect Park : une appli place de marché géolocalisée pour mettre à disposition des places de parking privées vacantes. Les possesseurs de place de parking pourront les mettre à disposition à la location, et ainsi les utilisateurs pourront les louer via l'appli pour trouver où se garer en ville.

Make Eat Up

Jean-Baptiste Andarelli, Teva Locandro, et Loïc Cherrier avec leur société Make Eat Up un service de livraison de restauration à domicile, à l'instar de Deliveroo ou Uber Eats, déjà implanté depuis deux ans à Ajaccio mais pour l'instant présent uniquement sur le territoire ajaccien et qui va avoir pour futur défi de scaler.

Urban'Isula

Marc-Antoine Campana, avec Urban'Isula un bureau d'étude de l'urbanisme basé sur la méthode du WikiBuilding, la conception architecturale et urbaine en open-source, promouvant des infrastructures et des projets d'aménagement durables du point de vue de leur intégration économique, de leur acceptabilité sociale, et de leur qualité environnementale, tout en incluant un maximum de parties prenantes à la fabrique de l'architecture et de la ville.

A gagné un accompagnement par un cabinet d'expert comptable :

Game Residenza

Simon-Pierre Mattei, avec son projet de résidence du jeu vidéo, comme il en existe quelques unes en Europe mais pas en France. À l'instar d'une résidence d'artistes, la Résidence de Jeux Vidéos permettrait de regrouper créateurs dans un lieu isolé mais propice à l'échange et au développement pour des sessions de développement, on est donc plus sur un créneau Indy / Indé du jeu vidéo. Un projet que j'ai trouvé excellent et rondement ficelé mais avec quelques lacunes sur son business model primitif, une bonne chose donc que d'être accompagné pour la suite par un cabinet d'experts comptables.

Et enfin a gagné l'integration au programme d'accélération de la M3E :

Popay

Thomas Casanova et Alexandre Crettet avec leur projet Popay : un moteur de recherche géolocalisé de prêt-à-porter et cosmétique, en mode b2b2c qui vise surtout le retail physique local plus qu'en ligne.

Félicitations à tous les participants, longue vie aux projets, un grand bravo aux équipes de l'Università qui font un travail énorme et se démènent pour dynamiser l'économie, et à l'année prochaine pour le prochain Start.

In Économie & Entrepreneuriat
Date
Photo Fundazione di l'Università